Tatouage homme ventre

Le ventre est un emplacement pour les tatouages mixtes, mais le plus prĂ©fĂ©rĂ© des hommes. Assez discret, il se montre lorsque l’on est dĂ©nudĂ© par le haut, gĂ©nĂ©ralement en maillot ou en short. C’est gĂ©nĂ©ralement un tatouage sĂ©duisant qui y sera apposĂ©, l’objectif Ă©tant de dĂ©voiler sa masculinitĂ©. La prĂ©fĂ©rence est souvent portĂ©e vers les grosses piĂšces plutĂŽt que les petits tatouages. Les mentalitĂ©s ont Ă©voluĂ©e et l’on remarque de plus en plus dans les pays comme les Etats-Unis, que les tatouages ne sont pas l’apanage des gangs ou des marginaux. Mais si vous ĂȘtes en France, cette partie est un emplacement meilleur Ă  cause de l’apprĂ©hension que les gens de la rue ou de votre lieu de service auront sur vous, si votre tatouage se faisait remarquer.

Le choix d’un style qui correspond à l’espace

Au regard de la surface assez grande qu’offre le ventre, le style de tatouage homme qui est choisi gĂ©nĂ©ralement ne respecte pas de rĂšgle formelle. Les motifs les plus adaptĂ©s pour cette partie doivent ĂȘtre larges mais aux traits fins. En Asie du Sud-est, les tatouages traditionnels bouddhistes Ă©taient effectuĂ©s sur toute une partie du corps comme le ventre. Les brahmanes portaient des tatouages magiques composĂ©s des dessins sacrĂ©s, qui donnaient Ă  leur porteur des pouvoirs de protection et de bĂ©nĂ©diction. Ces derniers occupaient toute la surface du ventre ou du dos par exemple.

La largeur du ventre ne contraint pas toujours Ă  occuper entiĂšrement l’espace. Pour les sĂ©ducteurs, les motifs fins et petits peuvent ĂȘtre tatouĂ©s sur le bas du ventre, prĂȘt du nombril ou alors vers le cĂŽtĂ©. Toujours est-il que le ventre peut ĂȘtre subdivisĂ© en plusieurs parties.

Le type et la quantitĂ© d’encre adĂ©quate

Selon le type de tatouage noir ou de couleur, la quantitĂ© et la concentration d’encre utilisĂ©e peut ĂȘtre modifiĂ©e. L’encre noire peut ĂȘtre diluĂ©e, ce qui permet d’obtenir des nuances de gris afin de rĂ©aliser des couleurs dĂ©gradĂ©es. Les encres de couleurs quant Ă  elles sont gĂ©nĂ©ralement mĂ©langĂ©es pour donner des nuances. Quelle que soit la mĂ©thode employĂ©e, la pratique du tatouage reste quelque chose qui n’est pas facile Ă  supporter. Les sensations douloureuses sont gĂ©nĂ©ralement ressenties, et elles vont d’une simple gĂȘne Ă  une douleur aigĂŒe ou intense. Les professionnels tatoueurs ne dĂ©passent que rarement des sĂ©ances de quatre heures, car l’endorphine diffusĂ©e par le corps afin de calmer la douleur n’agit pas trĂšs longtemps.